Second Cercle de Velprintalar

On peut trouver dans le Second Cercle toutes sortes de commerces et bâtiments… Toutefois, quelques uns sont plus réputés que d’autres car fréquentés par les locaux.

La frontière entre le deuxième et troisième cercle est marquée par la grande avenue, sillonnant géographiquement le fond d’un vallon naturel qui permet l’évacuation des eaux pluviales. Plus vous vous dirigez vers le palais de la Simbule et son sublime jardin tropical, plus vous montez vers les ruelles les plus fréquentées du Second Cercle.

Bâtiments Officiels et Importants Commerces Tavernes
Le Hall des Forestiers Le Bateau Livre Les Milles Délices
Le Manoir de Lady Myta L’Herbe Blanche Taverne du Griffon Emeraude
La Place du Marché La Lame Brillante La Taverne du Paladin
Le Temple de Chauntéa Au Mythral Ancien La Taverne du « Repas Chantant »
Le Temple de Séluné

Le Bateau Livre

Il s’agit d’une bibliothèque circulaire, décorée d’objets servant sur les bateaux. Son enseigne est un drapeau bleu orné d’un gros livre a la reliure rouge. Sur les murs lorsqu’on pousse la curiosité d’y entrer, sont accroché des tableaux, représentant rafiots, et scènes marines. Les rayons de la bibliothèque contiennent maintes ouvrages, venant de tous les coins de Faerun, et certains dise même de plus loin…

La gardienne des lieux, Katrin, est une femme d’un age avancé dont l’œil gauche est recouvert d’un bandeau cachant sa cécité gagné à la suite d’une escarmouche lors de l’acquisition d’un manuscrit. Malgré cela, son regard reste perçant ! Un petit tatouage orne sa joue droite, mais se refuse à aborder le sujet.

Katrin est une ancienne pirate à la retraite. Passionnée par la culture et le savoir depuis toujours, elle consacra sa vie de marin à récolter des livres un peu partout.

Sa grande mais chétive silhouette hante les rayons de la bibliothèque à la recherche d’un potentiel faiseurs de trouble. Son sabre acéré et sa voix glaciale, ne donne cependant pas envie de créer le vacarme dans son établissement. Elle n’est  pas réputée pour être une femme désagréable si l’on ne lui manque pas de respect, bien au contraire, ses récits maritimes sont connu de tous, et elle se complait à les raconter a quiconque veut les entendre…

Mariée à Aneck le tavernier du « Repas Chantant », elle reste nostalgique de la mer, bien qu’elle sache obstinément qu’elle finira ses jours sur la terre ferme.

Retour à la légende

Le Hall des Forestiers

Ce bâtiment partiellement végétal est enraciné par des arbres vivants dans le sol. Il représente une voûte végétale splendide. Orné d’emblèmes totémiques liés à la magie de l’ancien Yuirshandar, c’est le lieu de prédilection du corps d’élite des Forestiers de la Simbule. Véritable havre de la culture elfique, on y trouve les anciennes runes du bois de Yuir et même d’antiques artefacts exhumés des bois sacrés. Les forestiers, pour majeure partie elfes ou demi elfes, s’accommodent de la promiscuité avec les humains, ils sont le liens entre l’Aglarond des hommes, et la nation demi-elfe du Bois de Yuir, plus conservatrice.

Retour à la Légende

L’Herbe Blanche

L’herbe blanche est un magasin d’herboristerie tenu par une demi elfe aquatique prénommée Gluana. Toutes sortes de poudres, d’herbes, de tisanes, de potions sont à la disposition des clients moyennant finance. Cette boutique, bien que petite, est composée de dizaines d’étagères, remplies de bocaux et de sachets, aux couleurs étranges et aux parfums enivrants.

Certaines rumeurs racontes qu’Aneck le tavernier, viendrai y acheter les ingrédients pour ses sauces.

La propriétaire a une peau verdâtre et des cheveux tentaculaires ne laissant aucun doute sur ses origines. Elle a sut se faire accepter par les autres commerçants du quartier par son attitude toujours serviable et aimable. Mais elle reste étrange et mystérieuse, ne se dévoilant pas beaucoup sur son passé et préférant parler du savoir des herbes, qu’elle semble connaître sur le bout des doigts.

Retour à la légende

La Lame Brillante

Cette boutique est nichée entre deux bâtiments laissant peu de place pour sa devanture. Xenor travaille en étroite collaboration avec les meilleurs artisans d’Aglarond dont le célèbre forgeron nain : Onderic. Ainsi, son échoppe regorge des meilleures marchandises et lui laisse un peu de temps pour mettre lui même la main à la pâte. Il y en a pour toute les bourses et pour toutes les envies : armes, armures et équipement de voyage. Rappelez vous juste que la qualité se paye et que ce commerçant respecte toujours ses engagements face à ses clients.

Un petit détail est à mentionné sur Xenor… même si vous le comprendrez rapidement. Un regard dur rougeoyant, une allure elfique fine et musclée mais peu rassurante, un teint noir anthracite : ce commerçant n’est autre qu’un demi-drow en plein Velprintalar !

Retour à la légende

Le Manoir de Lady Myta

Édifice de riches réunions où seuls les demi-elfes sont autorisés à entrer.

Retour à la Légende

Les Milles Délices

La population aborde à voix basse cette maison close si réputée pour ses belles filles. Trimia est la propriétaire et elle est entourée par cinq superbes jeune femmes : Janiss, Gali, Salianne, Itarie et Danila.

De l’extérieur la Maison des Milles Délices est un grand bâtiment clair aux volets pourpres et aux fleurs abondantes sur les balcons.

Une fois à l’intérieur, il faut longer un petit couloir aux parois rougeâtres éclairé par des chandeliers, pour arriver dans la salle principale d’où partent deux escaliers, menant aux deux ailes supérieures de la battisse. Le centre de la salle principale est une fontaine autour de laquelle sont étalés de gigantesques cousins. Dans le fond de la salle, des musiciens œuvrent sur une petite estrade pour animer les soirées coquines des lieux.

L’aile supérieure gauche comporte trois porte dont deux correspondent aux chambres de Janiss et d’Itarie. L’aile droite est son exacte réplique où se trouve les trois chambres des autres filles. Les deux ailes se rejoignent devant une immense porte rouge, surplombant la salle principale grâce à une balustrade qui donne accès à la chambre de Trimia.

Janiss est une jeune femme originaire du Calimshan, brune aux yeux violet, elle est réputée pour ses danses déhanchées (4 po la nuit).

Gali est une humaine, un peu plus âgée que les autres, à la peau mate et aux yeux noisette (3 po la nuit).

Salianne est une jeune femme venant de Kara Tur à la peau albâtre et aux yeux vert foret. Elle est réputée pour sa fougue et son grand potentiel de séduction (5 po la nuit).

Itarie est une sublime demi elfe aux longs cheveux d’or et aux yeux d’un vert perçant. Elle est réputée pour son calme, sa douceur et ses caresses habiles (6 po la nuit).

Danila est une femme de petite taille, aux longs cheveux blanc aux pointes rouges. Elle est vive et extrêmement appréciée par les nains et les personnes de petites tailles. Les Milles délices se doit de contenter tout le monde (3 po la nuit).

Retour à la légende

Au Mythral Ancien

Cette forge siégeant au cœur d’une grande bâtisse trapue a été taillé par les nains et pour les nains. Non pour ces hommes grouillant en ville. Une porte à double battant donne sur la rue. Comme une stèle d’écurie, une enseigne bat au vent en grinçant : « Au Mythral Ancien ».

C’est le domaine du vieux nain d’écu : le Maître Onderic, le plus grand forgeron de Velprintalar. Et d’aucun murmurent qu’il possède le secret des métaux perdus des temps jadis. Son visage tanné par le souffle des braises et ses mains rendues calleuses par la frappe du métal attestent de son travail acharné.

Retour à la légende

La Place du Marché

C’est ici que les pécheurs viennent vendre leurs prises à la criée, mais pas seulement : Les agriculteurs des plaines de Hallendos viennent y vendre leur grain, leur lait, ainsi que les marchand de la lointaine Sembie et du brûlant Calimshan. Sur quelques étals exotiques, on peut trouver thé, café et autres denrées lointaines.

Retour à la Légende

La Taverne du Griffon Emeraude

Quand on prend le risque de s’enfoncer dans le second cercle de Velprintalar et qu’on se hasarde à parcourir ses rues tortueuses, on peu trouver refuge dans une allée transversale qui s’avance sous les feuillages d’essences exotiques et odorantes. Les plantes qui constituent les parois vivantes de ce couloir végétal sont diversifiées et étranges, faisant du passage un diverticule du grand parc du palais.
A son extrémité, une petite place aux dalles verdies offre un noyau frais et discret loin des rumeurs de la ville. Le silence ici semble de rigueur. Une seule porte est visible en ce lieu : épaisse, en bois sombre renforcé d’acier noir et de gros clous, le battant est surmonté d’une enseigne montrant un griffon vert… Et si l’arche fut un jour décorée de sculptures, celles ci ont disparues sous les reptations végétales.

Gaborn, le maître des lieux, siège au comptoir parmi les bouteilles d »alcools rares et diversifiés montés de sa cave personnelle.
Le demi elfe est assis en homme d’affaires esthète et vigilant au côté d’une proue de navire présentant un grand griffon en bronze verdi qui donne son nom à l’établissement : La Taverne du Griffon Émeraude…

Retour à la Légende

La Taverne du Paladin

En dépit de sa promiscuité avec les docks, cette taverne est des plus réputée, accueillant des dignitaires des nations faerunienes, marchands et nobles consulaires, on y dort pour un minimum de 5 pièces d’or la nuit. Une multitudes de tables rondes équipées de chaises au bois tourné et patiné a l’or fin accueillent une foultitude de clients, tous aussi distingués que des princes ou riches marchands… Les conversations vont bon train, la bière et les vins fins coulent a flot sous le regard scrutateur d’un homme a la carrure imposante.

Retour à la Légende

La Taverne du Repas Chantant

L’endroit rappelle la cale d’un navire gardant une ambiance feutrée et chaleureuse grâce à Aneck, cet ancien marin et époux de la bibliothécaire Katrin.

Éclairé par deux immenses cheminées, il y fait bon vivre, surtout après deux ou trois verres d’alcool exotique. Divers cordage sont accrochés aux murs représentant les différents nœuds utilisés dans la marine. Dans ce lieu jovial, marins de passages et habitués viennent s’échanger leurs histoires autour d’un repas chaud et d’une bonne choppe, riant et chantant sur les louanges de la mer.

Aneck est un homme âgé bien en chair au sourire accueillant encadré d’une épaisse moustache. Ses cheveux longs et grisonnants ne cachent plus assez sa calvitie naissante et diverse cicatrices sont visibles sur son visage avenant.

Il aime chanter avec ses clients comme un amoureux transit de la mer et il n’est par rare qu’il parle de son autre amour : Katrin.

Retour à la légende

Le Temple de Chauntéa ou le Fort de la Dame Verte

Le fort de la Dame Verte est situé dans les terres, à l’écart du port encerclé de collines, dans un cadre que les moines ont su rendre charmant. Dans le jardin, magnifique écrin de verdure serpente un cours d’eau bordé d’arbres, qui forme un bassin au sud du temple.

Les bâtiments qui composent le temple son bas et étendu, constitué d’un lieu de culte proprement dit, d’une grange commune et d’une abbaye aux airs de forteresse qui accueille plus d’une centaine de moines réputés pour leur bière verte fortement alcoolisée qui contiendrait d’après les ont dits du persil fermenté, et constitue l’une des exportations les plus appréciées de la cité royale de l’Aglarond.

Le cloître fait la transition entre l’abbaye et le magnifique jardin du temple tant le passage se fait avec la douceur de la nature. Les galeries sont décorées harmonieusement, pas de motifs agressifs dans le temple de la Mère nourricière ! Partout autour du visiteur s’étendent sur les murs, les colonnes des motifs floraux, bientôt rejoint par une authentique vigne vierge qui court et s’insinue tout en douceur. Mais qui pourrait, en se déplaçant en ces lieux, porter atteinte à la nature ? Les bas reliefs présentant des scènes de la vie agricoles rappellent qu’ensemencements et moissons sont des éléments du cycle éternel et partie essentielle de la vie.

Les dortoirs consistent en de grandes salles voûtées en un berceau brisé dont l’arc descend jusqu’au sol. Les pièces sont éclairées par deux baies cintrées et sont somme toute très sobres.

· Dogme

Faire pousser et moissonner sont des éléments du cycle éternel et ils sont une partie essentielle de la vie. Il faut anathématiser toute destruction sans but et sans volonté de reconstruction. Ne laissez jamais passer un jour sans aider une chose vivante à se développer. Soignez, entretenez et ensemencez des plantes dès que vous en avez l’occasion. Protégez les arbres et les plantes. Sauvez leurs graines de manière à faire en sorte que ce qui a été détruit puisse repousser. Préoccupez-vous de la fertilité de la terre, laissez les humains s’occuper de leur propre fertilité. Évitez le feu. Plantez une graine ou une petite plante au moins une fois toutes les dizaines.

· Herbeverte

Le clergé célèbre un festival de la fertilité à chaque Herbeverte, jour de paix et de réjouissances, invitant tous le monde à participer à cette fête qui annonce le début du Printemps. Grand événement de la vie Velprintalienne où les nobles mettent un point d’honneur à exposés leurs fleurs cultivées en jardins et serres puis distribuées aux gens du peuple, mais surtout pour la campagne alentour. Les paysans viennent vendre leur production. Danses et chants religieux s’enchaînent toute la journée pour finir à la nuit tombée par un repas champêtre à la lumière des torches

· Les Grandes Moissons

C’est l’arrivée de l’automne et des moissons !! Le rituel des Hautes prières des Moissons. C’est aussi la journée des grands voyages, pèlerins aventuriers commencent leurs voyages le lendemain bien souvent. Avant que les routes soient boueuses par la neige se transformant en pluie. A cette occasion a lieu un grand concours de fauchage des champs, ou il faut faire vite et bien. Les hommes annoncent leurs fiançailles ou décorent leurs maisons avec des pommes sculptées et des mosaïques d’épis de maïs.

Retour à la légende

Le Temple de Séluné ou La Maison des Quatre Lune

Ici se tient le temple de Séluné sous la régence de la grande prêtresse Dylthara. Le bâtiment se situe sur une haute colline et apparaît sous la forme d’une majestueuse cathédrale de pierre blanche, ayant traversé les siècles, brillant comme un phare de pure lumière argentée à l’aplomb de la Lune. La prêtresse de Séluné est en contact régulier avec les autres temples de son ordre à travers tout Faerûn. Elle œuvre de concert avec les Ménestrels et d’autres organisations, dans le but de promouvoir l’avancée du Bien contre le Mal, que ce soit dans leur région ou par delà les frontières.

Retour à la légende