L’Aglarond est un pays où chaque habitant quelque soit ses origines (raciales, sociales, politiques…) doit une année de sa vie à son pays dans le corps d’armée de son « choix », car tout homme ou femme libre est un soldat par définition. En effet, l’histoire de cette péninsule est parsemée de guerres contre de nombreux ennemis et le calme récent, mais relatif, avec les thayens ne permet pas aux esprits de baisser leur garde, bien au contraire.

Ce service militaire est instauré pour répondre à toutes formes d’agressions contre la sécurité, l’intégrité du territoire et la vie des populations. Il doit être effectué entre l’année de leur majorité et la 25ème année d’un(e) humains(es) ou 35ème année d’un(e) demi-elfes. Il permet d’acquérir les bases du combat et des manœuvres permettant d’agir au mieux en cas d’appel des « disponibles » ou « réservistes » par la nation.

Dans chaque grande ville d’Aglarond, un bâtiment est réservé aux armées regroupant généralement les différents corps. A Velprintalar, il s’agit de Haltegriffon.

Informations Générales sur Haltegriffon

· De l’extérieur

Forteresse abritant l’armée en poste à Velprintalar, Haltegriffon revêt un aspect austère qui contraste étrangement avec le palais de la Simbule qu’il côtoie. Accroché à un pan abrupt de la colline qui supporte la ville, la citadelle ne se différencie vraiment du roc que par les murailles bâties à son pied et la tour circulaire qui les surmonte.

Les murailles sont hautes d’une dizaine de mètres, constituées de moellons d’une taille colossale et si bien taillés qu’on n’a pas eu besoin de mortier, dit-on, pour les assembler. De hauts miradors où veillent les sentinelles à griffon s’alignent régulièrement, défendant les murs par le ciel.

Un large pont-levis passe entre deux impressionnantes et très réalistes statues géantes de griffons, hautes comme deux hommes et enjambe un fossé rempli d’herbe pour venir s’aboucher à l’unique porte de l’enceinte en demi cercle, défendue par une lourde herse et une barbacane.

Retour à la légende

· L’accueil

Une fois passées la porte et la herse, on se trouve dans une pièce taillée dans l’épaisseur des murs d’enceinte et face à une épaisse porte cochère. Les piétons et les cavaliers, ainsi que les troupes peu nombreuses, entrent par une petite porte sur la gauche qui mène dans le hall d’accueil de la forteresse.

C’est une pièce en plein courant d’air, étroite, à peine plus qu’un cagibi à la croisée de deux couloirs où se tient un scribe avec son pupitre, ses plumes et son registre des entrées et sorties. Il y fait froid mais des torches de lumière éternelle éclairent l’endroit d’une lumière franche.

Retour à la légende

· Bureau d’un officier

Après une succession de couloirs et de portes où le profane se perd bien vite, dans une atmosphère sombre et venteuse, hantée par les ombres tourbillonnantes des torches en plein courant d’air, le soldat vous laisse devant une porte de bois épais, clouté, derrière laquelle se trouve une petite pièce meublée de bancs.

Après l’antichambre, le bureau chauffé d’un bon feu semble délicieusement agréable. La pièce est de taille moyenne et dispose de plusieurs étagères, d’un bureau couvert de parchemins et de quelques tabourets. L’officier est assis derrière son bureau sur un siège de cuir.

Retour à la légende

· Geôles

Par un long couloir obscur et froid qui court en arc de cercle, les soldats emmènent le captif jusqu’à une salle fréquentée par de nombreux hommes d’armes plus ou moins amochés. Une porte donne sur la cour mais une autre, descend vers le sous-sol.

Retour à la légende

· Les Rumeurs de Haltegriffon (ce qui peut être su mais jamais prouvé)

Le Commandant de Haltegriffon habite en haut de la Tour des Aires.

Les Murailles ont été faites par magie.

Le scribe de l’entrée est en fait une machine.

Il y a des rats sanguinaires dans les geôles.

Les griffoniers dorment avec leur griffon.

Le jour où les fanaux de Haltegriffon s’éteindront la forteresse tombera.

Dans l’armurerie ce sont les débutants des Mains de la Simbule qui s’exercent.

La meilleure soupe de poissons de Velprintalar est celle du cuisinier du fort.

L’amiral a horreur de ses logements à la forteresse et préfère dormir sur son bateau.

Retour à la légende

L’Armée de l’Air

C’est l’élite des Soldats d’Aglarond mais pour entrer dans ce corps d’armée, il faut être un soldat d’une exceptionnelle vaillance et être fidèle à son pays et à sa Reine, gagner la confiance d’un griffon et avoir déjà fait ses preuves au combat.

En général, le seul moyen d’en faire partie est qu’un Cavalier Griffon déjà adoubé prenne comme écuyer le postulant.

Les Cavaliers Griffons sont utilisés pour la garde des frontières en général bien que pendant la guerre ils aient été très utilisés en lieu et place d’une cavalerie presque inexistante en Aglarond.

Le Haut Capitaine Hovor Vent de Mer est le Chef des Griffonniers.

· Uniforme

Griffonier : vêtu d’une cuirasse marquée du sceau de l’Aglarond, ils revêtent une attitude noble et martiale. Leur casque est souvent orné de plumes de griffon. Les griffons de guerre sont harnachés d’une selle spéciale et sont parfois ornés de peintures de guerres aux couleurs du bataillon.

Symbole Aglarond acier copie

Retour à la légende

L’Armée de Terre

L’armée terrestre de l’Aglarond se compose de deux corps d’arme bien distinct : l’armée du Lion et celle du Drac Vert. L’armée qui a en charge la capitale, celle qui veille à Emmech, est celle des Lions. Par conséquent, c’est celle qui est la plus représentée à Velprintalar et son général y a ses quartiers.

Néanmoins, le commandant en second de l’armée du Drac Vert en position à Glarondar et à la Muraille de Guet, et quelques unes de ses troupes sont présentes aussi auprès du centre décisionnel du pays.

A Velprintalar ils tiennent lieu de police et de douane au port.

Les troupes du Drac Vert sont dirigées par le Général Nartandil Grandécu et celle du Lion par le Général Gante Démelin.

· Uniforme

Armée du Lion : lion d’or lampassé sur champ sinople.

Blason - lion d'or

Armée du Drac Vert : Dragon sinople essorant sur champ de sable.

 Drac Vert

Retour à la légende

La Marine

La majeure partie des marins est au port auprès de la flotte de guerre de l’Aglarond. Mais l’amiral Thivaud de Mariguelle, comme ses pairs plus terrestres, demeure à Haltegriffon avec un état-major de cinquante hommes constituant sa garde personnelle et, accessoirement, les marins du navire qu’il commande, La Vierge d’Ecume.

· Uniforme

Marine : les marins n’ont pas d’uniforme particulier. Les officiers portent une redingote bleue sombre avec leur grade au col et aux manches, brodé en fils d’argent.

Retour à la légende

Les Messagers de sa Majesté

Les Messagers sont un corps d’armée à part, forts d’une cinquantaine de soldats d’élite. D’une loyauté sans faille, ils doivent aussi ne pas avoir trop de scrupules, leurs missions prenant le pas sur tout le reste, même leur sens de la justice ou leurs convictions. Pour cette raison, ils sont d’un alignement obligatoirement Loyal (Neutre ou Bon).

Sous le Commandement de Guewan Sidhelson, surnommé Vif-argent, la cinquantaine d’estafettes de l’armée est chargée de porter les messages officiels confidentiels ou non, de l’armée, visant à la sécurité frontalière ou intérieure.

Ils ont maille avec les Messagers d’Aglarond autant qu’avec des organisations plus informelles comme le Simbulmyn ou les sociétés secrètes aglarondanes.

Ce sont des agents sûrs, rapides, dégourdis et discrets dont la devise est « La Parole de sa Majesté passe toujours ». On les dit un peu sorciers et quand il veut faire peur à ses jeunes recrues, le vieux Vif-argent parle d’estafettes mortes avant de porter leur message qui seraient revenues de l’au-delà pour terminer leur mission. Le pire c’est qu’il a l’air sérieux en racontant ça…

· Uniforme

Courrier : vêtus d’une armure de cuir souple, portant une arbalète légère et une épée, ils sont couverts de teintes neutres : brun, gris, vert forêt. Leurs hautes bottes sont fréquemment usées par les chevauchées. Ils portent au cou une chaîne d’acier avec le blason de l’Aglarond auquel s’ajoutent deux petites ailes.

Messagers de la Symbule 3

Retour à la légende

Le Simbulmyn

Officiellement, le Simbulmyn est la garde prétorienne de la Simbule, ceux qui sont chargés de sa protection personnelle, lorsqu’elle décide de passer pour faible, et qu’elle charge des missions délicates, autant sur le territoire de l’Aglarond qu’à l’étranger. Par conséquent, les gardes du Drac Vert et du Lion ainsi que les Griffoniers et Forestiers en faction au palais portent apparent le Symbole du Simbulmyn.

Par extension donc, et parce que ces missions spéciales sont fréquemment effectuées dans la discrétion, le Simbulmyn constitue une armée secrète dont les effectifs exacts ne sont connus que des officiers supérieurs de l’organisation, formée de soldats, chevaliers, nobles, roturiers, voleurs, assassins, espions, toutes sortes de gens dont la vie et l’honneur sont voués au service de leur Dame et de leur pays, car telle est la puissance de la Simbule, femme et Reine, capable d’inspirer un dévouement si extrême à ses sujets.

Le premier devoir du Simbulmyn est de protéger le monarque, mais ils déploient également leurs efforts pour garder un œil vigilant sur tous ses ennemis potentiels du royaume. La garde identifie et neutralise tous les espions thayens sur le territoire d’Aglarond, même si dernièrement, les fils de Hoar ont retenu son attention. Cependant, le Simbulmyn hésite à supprimer le mouvement, de peur de mettre le feu aux poudres qui pourrait embraser l’Aglarond.

La garde est sous le commandement du Haut Capitaine Hovor Ventdemer, un aventurier fanatiquement dévoué à la Simbule. Tous les combattants expérimentés ayant démontré leur loyauté à Aglarond sont invités à rejoindre les rangs du Simbulmyn.

· Uniforme

Il n’y a aucun uniforme réglementaire, ce qui est normal vu leur éclectisme. Leur emblème officiel est un œil stylisé dont la pupille est le symbole d’Aglarond.

Oeil-du-symbulmyn4

Retour à la légende