Le Bois de Yuir

lisiere du yuir

Insaisissable, Insondable Bois de Yuir qui préserve et retranche en son noyau la communauté Demi-Elfe d’Aglarond.

Jonchée de ruines séculaires, la forêt du Bois de Yuir est peuplée de Demi-Elfes des bois et conserve en son sein de bien mystérieux cercles de pierres… Méme si le bois de Yuir recouvre une majeure partie de l’Aglarond, les terres entre les arbres et les falaises rocheuses constituent d’excellentes terres cultivables propices aux fermiers.

Les demi elfes établis dans le bois de Yuir découragent, par un habile mélange de compromis, de diplomatie et de manœuvres occultes moins évidentes, les communautés fermières de s’étendre vers le bois, luttant pour la préservation du patrimoine elfique de Yuir. En dépit de ces efforts, les bois de Yuir poursuivent leur décrue chaque année : L’herbe, la vigne sauvage envahissent les fermes abandonnées, mais les arbres sont lents à reconquérir l’ancienne terre du Bois de Yuir d’il y a plusieurs millénaires…

 1. Le Bois de Yuir   |   1-a. Les Dieux du Yuir   |  1-b. Les Marches de Relkath   |   1-c. La Clairière Ensoleillée ou Clairesol   |   2. Sildëyuir |   2-a. Les propriétés de Sildëyuir

LE BOIS DE YUIR

Le bois de Yuir est nommé d’après la Yuir, une ancienne communauté d’elfes d’étoiles, d’elfes des bois et d’elfes sauvages qui habita un moment dans cette partie du monde. Jadis, cette grande forêt verdoyante couvrait la totalité de la péninsule ; Aujourd’hui les plus grandes cités aglarondiennes et la majeure partie de la population sont disséminés le long de la côte nord. En six siècle de peuplement par les humains, les lisières nord ont reculé de cinquante milles à certains endroits mais la forêt semble effectuer à nouveau une avancée opiniâtre.

Le bois de Yuir divise l’Aglarond en deux nations, ou trois si l’on compte l’Altumbel comme une nation à part, comme le font ses habitants.
En général les voyageurs voient en Aglarond l’ancien royaume humain de Velprin tout au long des plaines côtières nord. Celui-ci est constitué de terres agricoles à pré ouvert et de riches cités portuaires, séparées par les manoirs et domaines de la noblesse humaine et des marchands prospères. Bien que les demi elfes vivent ici et s’y développent, ils sont moins nombreux que les humains. Une de leur peur dans l’Aglarond Nord est que l’héritage demi-elfe disparaisse lentement au profit de l’humanité….

L’autre Aglarond, l’ancien et véritable Aglarond, est constitué de villageois et forestiers demi elfes qui considèrent le bois de Yuir comme leur patrie. C’est une population ponctuelle qui se méfie des étrangers, même de leurs compatriotes de la côte. Ils reconnaissent l’autorité de la Simbule et ses avis au Concile mais veulent avoir aussi peu affaire au monde extérieur que possible. Ceux qui apprennent à connaître les habitants du bois de Yuir trouvent en eux des chaleureux compagnons et des loyaux amis. Ce fait devient rare cependant, depuis que les demi-elfes se cachent dans les combes profondes et évitent à tout prix la confrontation avec les étrangers sauf en cas d’extrême besoin ou bien pressés par les circonstances.

Le bois de Yuir est une forêt tempérée de feuillus, supportant des hivers plus doux que les pays situés sous la même latitude. Au printemps et en été c’est un enchevêtrement étouffant de broussailles et de fourrés denses, apparemment infranchissable pour qui ne connaît pas les sentiers.

Une chaîne de collines, basses mais escarpées et couvertes d’arbres, court le long de la péninsule et depuis ces hautes terres bien irriguées, un grand nombre de cours d’eau s’achemine vers les terres côtières bien que peu d’entre eux soient assez importants pour être appelés rivières.

Le gibier est abondant mais sur ses gardes, notamment à cause des animaux dangereux et des monstrueux prédateurs qui chassent dans les ombres qui s’étendent sous les futaies.

Il y a peu de créatures réellement malveillantes, mais les bêtes belliqueuses comme les sangliers ou les araignées géantes sont de toutes façons un danger pour n’importe quel voyageur imprudent. D’étranges sortilèges et de l’ancienne et puissante magie sont rattachés au bois de Yuir : Les elfes d’étoiles qui habitaient ce lieu jadis étaient passés Maîtres dans les plus hauts arts magiques et en se retirant, ils laissèrent derrière eux deux héritages qui sont encore utiles. Notamment, le bois de Yuir est totalement imperméable à toute Détection et Scrutation magique et quiconque tente de percer les frondaisons ne voit que le bois et rien d’autre. Ils ne révèlent aucun lieu particulier, ni ne permettent de localiser ou poursuivre magiquement quiconque marche sous la ramée. La cible n’est protégée d’aucune façon, elle semble juste ne pas être là, ni nulle part ailleurs, d’ailleurs. Pendant des siècles, ce phénomène a bien servi l’Aglarond, car les ennemis qui Scrutaient le lieu ne trouvaient rien de notable à rapporter.

Ensuite, le Bois de Yuir est empli de ruines, vestiges de la haute société elfique qui se tenait là autrefois. Ce sont des endroits magnifiques pour les chercheurs de trésors, mais les plus fantastiques de ces ruines sont les cercles de menhirs et les monumentales pierres levées gravées d’inscriptions dans un ancien dialecte elfe. La magie de ces cercles a décru avec la puissance du bois de Yuir mais il reste encore quelque pouvoir dans certains d’entre eux. Les Cromlechs, dont la plupart ont été recouverts par la flore forestière, forment un réseau de Portails qui peuvent être activés par ceux qui connaissent leur clef secrète. Cette connaissance est conservée part un groupe d’élus de demi elfes druides et rôdeurs qu’on nomme les Maîtres du Bois de Yuir. Ils utilisent ces Cercles pour se transporter rapidement eux et leurs amis d’un point à l’autre de la forêt. Les cercles de menhirs s’activent parfois d’eux même sous les rayons de la pleine lune et sont fréquemment employés par les habitants du bois de Yuir ces nuits là. Chacun de ces Portail est connecté à un autre cercle à l’intérieur du Bois de Yuir, jamais au delà, du moins intentionnellement. S’ils ne sont pas activés par un Maître de Yuir, les cercles de pierres sont dysfonctionnelles et la destination peut en être faussée.

Retour à la légende

· Les Dieux du Yuir

Les Elfes n’ont pas toujours vénéré le Panthéon actuel connu comme la Seldarine ; Dans le Yuir, d’autres entités ont eu par le passé leur influence et leur heure de gloire… Et des rumeurs prédisent leur retour !

Voir la page dédiée : Les Dieux du Yuir

Retour à la légende

· Les Marches de Relkath

Voici la plus grande communauté stable de demi-elfes de tout le bois de Yuir. Pour beaucoup d’autochtones, tu moins ceux qui croient dans les choses »civilisées » comme les villes, cet endroit constitue la capitale du boisdu Yuir, de la même manière que Velprintalar représente celle de l’Aglarond, qui englobe la forêt. La princesse Blindelsyn Olossyne est une lointaine descendante du roi Brindoren personne. Son frère, le prince Branelwyrest le représentant officiel actuel de la cité au conseil royal et dirige les marches en l’absence de sa sœur.

Les Marches de Relkath sont bâties autour de quatre arbres séculaires qui culminent loin au dessus de la canopée forestière, jusqu’à la lumière des cieux. La légende raconte qu’ils émergèrent des empreintes de pas d’un dieu ancien, « Relkath Aux Branches Innombrables ». Il est dit que le dieu ancien dort paisiblement dans le sol du bois, jusqu’au temps ou le peuple de Yuir réclamera sa venue dans le besoin.

La majorité du peuple des Marches vit sur le sol, guettant le moindre signe d’intrusion de toute sorte. Les autres vivent dans des niches forestières construites au cœur des grands arbres, comme au temps des empires elfiques. De nombreux ponts suspendus les relient entre eux…

Les étrangers de l’extérieur sont rarement admis dans les maisons arbres. Un quartier marchand existe pour les accueillir au sol prés des quatre arbres. Les étrangers sont bienvenus dés lors qu’ils respectent le mode de vie des natifs.

Les marches sont plus un centre culturel et traditionnel rendant hommage à la culture unique des demi elfes descendants des elfes sauvages, qu’un centre mercantile. Les chasseurs viennent ici faire du troc, privilégiant l’échange plutôt que la monnaie fiduciaire de la Simbule ayant cour en Aglarond. Archers et fabricants d’arc vivent ici, dispersés dans la cité. Les légendaires « Maîtres des Bois de Yuir » célèbres dans tous les royaumes comme les

gardiens des anciens portails elfique résident également ici. Un cercle de menhirs aboutissant aux « Clairières Ensoleillées »est sous leur garde, les « Maîtres » pouvant atteindre n’importe quel endroit dans la forêt en moins d’un jour.

Les rôdeurs des marches de Relkath attirent de nombreux forestiers qui viennent apprendre depuis tous les endroits de Faerun de ces légendaires forestiers que sont les « maîtres ».

La Demeure Royale

La princesse Blindelsyn passe la majeure partie de son temps ici, supervisant la quiétude des Marches préservée des pas lourds et maladroits de l’étranger.

La cour royale est une formidable structure sylvestre bâtie en bois vivant, façonnée magiquement en fenêtres, murs et parquets, ceinturant un somptueux trône de feuilles et de fleurs éternelles qui ne connaissent pas la saison morte.

Au sommet du plus petits des quatre piliers séculaires, la cour royale domine la vie des Marches en contrebas. La seule chose dominant celle-ci dans toute la région est l’aire d’une famille de dragons chanteurs (deux adultes mature et deux jeunes). Ils vivent ici parmi les demi elfes, chacune des partie protégeant l’autre dans un accord mutuel bénéfique : les demis elfes veillent au sol, les dragons surveillent les cieux.

Les principaux Commerces

On trouve deux excellentes auberges aux marches de Relkath : le Bougre vert au nord et la Racine au sud. Il s’agit de deux établissement de qualité, même si les étrangers sont plus courants à la Racine, qui revendique une brasserie de première classe ainsi que des chambres individuelles. Le Bougre vert ne dispose que d’une pièce commune.

Les deux auberges organisent de fréquents concours entre leurs clients réguliers. On y teste les aptitudes forestières, par des épreuves telle que le grimper au mât graisseux ou le tir à l’arc sur cible en mouvement à travers les arbres. Les étrangers sont invités à se joindre à la compétition, mais ils figurent rarement à leur avantage contre les experts locaux.

Principaux Temples

On rend hommage à de nombreux représentants du panthéon elfique aux marches de Relkath. Rillifane Rallathil, divinité elfe des bois et de la nature jouit ici d’un respect immense. La maison du Seigneur des Arbres, située dans un étroit vallon ombragé par les arbres, à environ 1,5km de la ville, reste d’ailleurs l’un des plus importants temples de Rillifane de tout Faerùn. Ilmiryl Coeur-de-Chêne, autorité druidique du bois de Yuir, surveille son domaine depuis ce site. Il existe également de plus petits sanctuaires, dédiés à Corellon Larethian et Sylvanus. Une rumeur raconte même qu’un autel d’Eilistraée aurait été installé, mais personne encore ne l’a vu.

Retour à la légende

· La Clairière Ensoleillée ou Clairesol

La Clairière Ensoleillée se situe au centre du Bois de Yuir. Elle ressemble à n’importe quelle prairie, sauf en ce qui concerne les deux cercles concentriques de menhirs qui s’y trouvent. Ensorcelée il y a longtemps, la zone est imperméable aux ravages du temps : son herbe est toujours abondante et les rocs sont nus de lierres et de mousses même si nul ne les a entretenu depuis d’innombrables siècles. Le cercle extérieur est le plus haut des deux, les pierres s’élevant jusqu’à vingt pieds de haut. Ils sont gravés d’antiques runes d’Espruar qui dédient chaque pierre à une divinité de la Seldarine, le Panthéon elfique.

Les pierres du cercle intérieur font environ six pieds de haut. Elles sont gravées dans le même style mais dédiées au panthéon oublié du peuple qui habitait là avant même les elfes de lune. Les Portails du bois de Yuir transportent en général au Portail le plus proche mais celui de la Clairière Ensoleillée est particulier puisqu’il mène à n’importe lequel des portails du Bois.

Retour à la légende

SILDËYUIR

Il y a plus de deux milles ans, les profondeurs du Bois de Yuir appartenaient au royaume de Yuirshanyaar, demeure des elfes de Mythral qui vivaient là en reclus. A cause du peuplement invasif des humains le long de la Côte des Mages (surtout de la part du Vieil Unther) qui rognaient les lisières de la forêt pour installer leurs propres terres, les elfes décidèrent de quitter Féerune. Leurs Hauts Mages firent le réseau de Portails des cercles de menhirs et à partir de là, tissèrent à l’aide de leurs sorts un demi plan pour que les elfes d’étoiles puissent y vivre et posséder une terre en propre. Beaucoup partirent à cette période.

Sildëyuir est un plan de grande beauté selon les critères elfes. C’est un pays étincelant perpétuellement sous la lumière de brillantes étoiles. Il s’étend dans les mêmes limites que le bois et comme celui-ci est une continuité de profondes combes vertes et de ruisseaux cachés. Les elfes d’étoiles ont construit de gigantesques citadelles de verre où ils vivent encore, maîtres des chants magiques et seigneurs de ce royaume elfique.

Pour plus de précisions sur les Elfes Stellaires : cliquer ICI.

Retour à la légende

· Les propriétés de Sildëyuir

- Faible gravité.
- Cours du temps : deux jours dans le plan matériel comptent pour un dans le Sildëyuir.
- Taille : celle du bois de Yuir.
- Altérabilité : les objets sont altérés de la même manière par les forces physiques et magiques que dans le plan matériel.
- Pas d’affiliation à un élément ou une énergie.
- Alignement dominant (neutre) : toutes les créatures ayant un trait d’alignement non neutre subissent -2 en Sag, Int, Cha ; les créatures possédant deux traits d’alignement non neutre subissent -4 aux mêmes caractéristiques.
- Influence magique : les sorts soniques sont plus puissant et augmentent de deux niveaux dans le Sildëyuir.

Les anciens cercles de menhirs du bois de Yuir contiennent des Portails pour Sildëyuir, bien que seuls les elfes d’étoiles puissent les ouvrir. Les plans éthérés et de l’ombre ne sont pas contigus au demi plan et tous les sorts usant de l’éthéré ou de la toile d’ombre ne fonctionnent pas. Cependant le Plan Astral est accessible. Sildëyuir a été assailli il y a plusieurs siècles par des sorciers étrangers au pouvoir considérable. Les Nilshais, natif d’une lointaine et horrible réalité, prirent connaissance de l’existence du demi plan il y avait fort longtemps et nourrirent l’idée d’envahir Sildëyuir et de l’utiliser à leurs propres fins. Chacune de leur invasion est plus difficile à repousser et une grande part du royaume est polluée par les sorciers nilshais.

De ces régions infestées, une mauvaise ténèbre planaire s’élève et repousse les forêts d’argent, terrorisant les citadelles elfiques. Certains des elfes de mythral abandonnent le demi plan pour retourner dans le bois de Yuir, pendant que d’autres demandent qu’on appelle à l’aide ceux de leur race qui vivent dans les forêts aglarondiennes.

Retour à la légende