Vie et Société

Les aglarondiens préfèrent vivre seuls et en paix ! Mais telle opportunité leur fut rarement offerte.

Le reste de Faerun ne se préoccupe pas de la nation péninsulaire, mais on ne peut pas en dire autant des Sorciers Rouges du Thay ! Avant la récente cessation des hostilités, Aglarond vivait sous la menace constante d’une invasion des zulkirs du Thay qui voyaient dans la péninsule leur premier avant-poste potentiel dans une campagne de conquête du monde.

Ceci dit, réciproquement, le peuple aglarondien fut peu préoccupé par le reste du monde qui n’ignore pas la force militaire entraînée et conséquente de l’Aglarond. N’ignorant rien des affaires extérieures, la plupart des gens de l’Aglarond choisissent tout bonnement de se tenir à l’écart de ses lointains événements : les humains pêchent paisiblement dans la Mer des étoiles déchues ou cultivent la bande de terre située entre la lisière du bois de Yuir et les récifs côtiers, alors que les elfes entretiennent et protègent l’ancestral domaine sylvestre de Yuir.

Ceux de la cote et ceux de la forêt ont une attitude différente au regard de la considération qu’il porte à la magie. Les forestiers, fidèles à la tradition mystique des elfes, respectent la magie et la manipule avec sagesse. Ceux des cotes en revanche la considèrent avec défiance !

Même les lanceurs de sorts natifs d’Aglarond sont regardés avec suspicion dés lors qu’ils ont fait la démonstration de leur véritable nature jusqu’à ce qu’il apporte la preuve de leur honnêteté. La Simbule, parfaitement au fait de cette attitude répandue chez les côtiers vis-à-vis des lanceurs de sort se charge de faire instruire ceux qui démontrent un talent inné dans l’art, instruisant personnellement les plus prometteurs d’entre eux. Ces lanceurs de sorts sont connus sous le dénominatif « les mains de la Simbule » qui une fois instruit par ses soins deviennent ses agents à travers le monde, espions, ambassadeurs du royaume de la reine sorcière

Retour à la légende

Races et Cultures

Les humains d’Aglarond descendent principalement des peuples qui colonisèrent Altumbel, Thesk et le bief des Magiciens, dix à quinze siècles plus tôt. La plupart de ces hommes et femmes étaient Chessentiens, Condathiens ou Damariens, Mais avec le temps, ces cultures se sont mêlées pour se fondre en une seule identité nationale. Les Aglarondiens ont la réputation d’être honnêtes et travailleurs, lents à se lier d’amitié mais prompts à porter assistance à leurs amis.

Malgré ce côté sérieux, ils sont capables de faire bruyamment la fête dés que le travail est fini. Les brasseurs et autres liquoristes recherchent davantage la teneur en alcool que la finesse du goût et les citoyens les en remercient aussi souvent que possible.

Humains et demi-elfes éprouvaient dans les premières années de la nation un ressentiment mutuel, dont on retrouve encore aujourd’hui quelques traces atténuées, mais persistantes. Les deux cultures se résolurent à contrecœur à se tolérer l’une l’autre et chaque réunion du conseil royal aurait pu tourner à l’aigre sans la main ferme du monarque. La lutte raciale affirmée est désormais un souvenir du passé. La plupart des humains qui refusèrent de partager le pays avec les demi-elfes partirent pour les contrées occidentales de la péninsule et se fixèrent soit à Altumbel, soit au Croc. Ni l’une ni l’autre de ces régions n’a réellement son mot à dire dans la politique ou la culture actuelle de l’Aglarond.

Les humains aglarondiens sont des gens robustes, aux cheveux bruns et aux yeux marron ou bleu, présentant une peau rougie par l’exposition répétée aux éléments. La plupart des hommes mesurent entre 1.70 et 1.75 mètres, alors que les femmes mesurent plutôt entre 1.55 et 1.60 mètres. Les demi-elfes aglarondiens, issus d’humains et d’elfes sauvages, arborent une peau cuivrée, présentant parfois des reflets verts. Leurs cheveux sont noirs ou blonds. Leurs oreilles sont très légèrement pointues et leurs yeux souvent pailletés d’or expriment la sagesse. Les deux races sont d’une nature stoïque et font preuve d’un profond amour pour les bois et les rivages de leur péninsule. La plupart d’entre eux saisissent toutes les occasions d’aller se balader ou de voyager le long de la côte ou dans les grottes du bois de Yuir, même si peu de ceux qui n’ont aucun sang elfe se sentent à l’aise dans les profondeurs de la Forêt.

Parmi les demi-elfes aglarondiens, on trouve les vigilants forestiers, qui mènent une existence nomade de simples chasseurs au cœur de la forêt et ceux, plus urbains et cosmopolites, qui vivent aux côtés des humains dans les villes côtières. La plupart des demi-elfes se situent quelque part entre deux extrêmes. Ils résident sous la voûte feuillue, mais sont éduqués selon les préceptes plus universels. Ils chérissent leur propre culture tout en reconnaissant celle des autres. Ils participent à la gestion de leur nation, car ils savent que si le mercantilisme et l’expansionnisme des humains ne sont pas un tant soit peu réfrénés, la guerre ouverte entre les races ne tardera pas à revenir en Aglarond.

Retour à la légende

Découvrez le Peuple d’Aglarond

Deux sortes de gens colonisent le royaume d’Aglarond, ceux qui vivent sur les rivages côtiers, et ceux qui marchent sous les frondaisons sylvestres. Les premiers descendent majoritairement du vieux royaume de Velprin, tandis que les seconds, le peuple du bois de Yuir est en grande partie demi elfe. Les deux cultures ont appris à coexister chacune de leur coté à travers les ages, parfois oeuvrant de concert, mais la plupart du temps en parallèle, chacune des deux cultures s’ignorant mutuellement le plus souvent. Les humains aglarondiens préfèrent vivre et travailler le long des cotes tandis que ceux qui ont du sang elfique choisissent de rester cachés sous les arbres de leurs bois ancestraux…

Cependant, aucun des deux peuples ne s’entretue, cette paix relative dure depuis le temps la couronne de Brindor.

Retour à la légende

· Demi-Elfes

Les demi elfes aglarondiens descendant des elfes sauvage et des humains affichent un teint cuivré portant parfois de subtiles nuances de vert. Leurs cheveux sont blonds ou noirs et leurs oreilles pointues suggèrent subtilement leur ascendance elfique. Les yeux des demi elfes aglarondiens sont mouchetés d’or, brillants de sagesse. La communauté de demi elfes aglarondiens gouverne la nation avec les humains des régions côtières. Ils sont les descendants des fiers Yuir, les elfes sauvages (grugachs) qui régnèrent jadis sur les terres intérieures d’Aglarond. Héritiers de leurs traditions, les demi elfes ont su préserver leur héritage culturel des aventuriers humains et des chasseurs. Ils représentent les héritiers de la mixité entre les humains et les elfes sauvages.

Les demi elfes qui résident dans les profondeurs du bois de Yuir tendent à préserver leur culture et leur héritage elfique, vivant reclus dans de petites communautés situées dans les arbres séculaires, voir dans des cas extrême, rejeter la nation moderne d’Aglarond. Ceux du bois de Yuir se vêtissent soit à la manière humaine, soit dans le style minimaliste des elfes sauvages : vêtement verdoyant, capes ternes et camouflées, et souvent les tatouages et les motifs tribaux des Sy-Tel’Quessir.

Retour à la légende

· Halfelins

Plusieurs centaines de halfelins, originaires de Chessenta entretiennent des fermes et élevages aux environs de Mesring, dans l’est d’Aglarond. Comme la plupart des halfelins, ils sont amicaux, et exagérément optimistes. Ils maintinrent de bonnes relations avec les demi elfes et les hommes tout au long de l’histoire aglarondienne, et leurs fermes furent épargnés lors de l’éviction des humains de leur fermes de la lisière et des environs du bois de Yuir

Retour à la légende

· Humains

Les humains d’Aglaronds sont robustes et musclés. Ils ont les cheveux noirs et les yeux sont généralement marrons ou bleu, tandis que leur peau est tannée endurant l’exposition permanente aux éléments. Ils mesurent en moyenne dans les 1,85m pour les hommes, pour 1,70m pour les femmes. Ils sont travailleur et honnête, difficile de s’en faire des amis mais une fois ceci fait, ils sont prompt à l’entraide sans restriction aucune.

Les aglarondiens sont les descendants des peuples qui colonisèrent Altumbel, Thesk et les royaumes magiciens il y a prés de 50 siècles, majoritairement des peuples Chessentiens, Chondathiens et Damariens. Le passage du temps a cependant unifié ces cultures sous une identité nationale commune.

Dans les jeunes ages de cette nation, les humains et les demi elfes connurent des dissensions et une défiance réciproquement ressentie. Les échos de ce conflit raisonnent parfois comme un souffle silencieux de ces vieilles divisions. Ainsi, si ces deux cultures tolèrent la compagnie de l’autre avec réticence, sans la main de fer de la Simbule, chaque rencontre du Conseil Royal, verrait son unité apparente se dissoudre dans le chaos de ces vieilles rancoeurs.

Aujourd’hui, la haine raciale ouvertement manifeste appartient tout de même au passé, et les humains qui refusèrent de partager la terre avec le peuple demi elfe s’en furent s’installer sur l’ouest de la péninsule, en Altumbel ou sur les terres côtières du Croc.

Les deux races aglarondiennes sont d’un naturel stoïque, laissant peu de place au sourire. Toutes deux vouent un amour profond aux bois et aux littoraux de leur péninsule, saisissant la moindre chance de voyager le long des cotes rocheuses ou de marcher sous les frondaisons. Seuls de rares humains dénué de sang elfique trouvent durablement la forêt confortable.

Les demi elfes aglarondiens incluent une variété de forestiers, allant du rôdeur solitaire, chasseur nomade du cœur des bois de Yuir et les demi elfes assimilés par la culture cosmopolite des cités, vivant parmi les hommes au cœur des villes.

Beaucoup oscillent entre les deux extrêmes, ils vivent sous les voûtes feuillues de la forêt mais sont entraînés sur les chemins du monde extérieur…

Les demi elfes conservent jalousement leur culture unique tout en restant ouvert aux autres cultures. Ils participent activement au gouvernement du pays parce que s’il faillissent à modérer le commerce et l’expansion de leur voisins humains, ils savent pertinemment qu’un jour, la lutte ouverte entre les deux races reviendra un jour en Aglarond. Une rumeur persistante évoque l’existence d’un groupe extrémiste de demi elfe qui prône l’extermination des humains et le retour à l’ancien royaume, même si cette rumeur ne fut jamais étayeé par des preuves, elle demeure récurrente.

Retour à la légende

Religions

Les aglarondiens ne sont pas particulièrement dévots. La majeure partie estime que les dieux n’ont rien à faire dans le quotidien et le leur rende bien. Les communautés fermières vénèrent Chauntéa, alors que les pécheurs payent un tribut à Valkur et Séluné qui veille sur les étoiles avec lesquels ils s’orientent en mer. Les demi elfes quant à eux préfèrent vénérer les dieux de la forêt comme Sylvanus ou Maillikii ou la Seldarine.

Retour à la légende

L’Economie de l’Aglarond

L’économie de l’Aglarond est largement autosuffisante, et la paix relative avec le Thay ouvre chaque jours d’avantage les ports au commerce extérieur. Méme si les aglarondiens éprouvent peu le besoin d’acheter les biens provenant du monde l’extérieur, ils sont toutefois heureux de l’aubaine offerte par cette ouverture de vendre leurs produits à l’étranger.

(descriptif livre plus détaillé)

Retour à la légende

Gouvernement et Politique

Depuis l’unification de force par la main des demi elfes en 1065, Aglarond a toujours été gouverné par un seul monarque, qui choisissais son propre successeur tout en étant conseillé par le Conseil Dirigeant, organe collégial d’élus de toutes les communautés aglarondiennes.

Le conseil dénombre 30 membres, 11 des cités d’Aglarond, et 19 des villages divers, hameaux et colonies répartis sur les terres du royaume. Toutes les communautés avec un maire ou un autre représentant local sont habilitées à élire les membres du Conseil, mais aucune ne prénnent l’avantage dans les faits. Les cités de Findar et de Dhast qui refuse leur appartenance à Aglarond n’ont jamais envoyé de représentants au Conseil, mais récemment, une minorité grandissante revendique la participation au gouvernement contre les vieilles attitudes conservatrices.

La simbule est incontestablement le pilier du royaume dans le gouvernement, alors que ses buts demeurent connus d’elle seule, les autorités ne peuvent remarquer la vaste ouverture au commerce et le développement des relations diplomatiques et amicales avec le Thesk, la Rashéménie, et la relative détente avec le Thay qui fut l’aboutissement de son œuvre.

Retour à la légende

La Loi et l’Ordre

Le peuple d’Aglarond respecte un corpus de lois qui prohibent les actes de violences contre le peuple et la propriété. Le magistrat local dispense la justice sous formes de punitions subtiles et éducatives, à moins que le préjudice concerne un crime ou un acte grave. S’il ‘existe pas de police et de milice officielle, n’importe quel officier militaire incorporé dans le rang de l’armée aglarondienne est habilité à faire respecter l’ordre, appréhendant tout contrevenant aux lois coutumière en vigueur dans le pays de la Simbule. Techniquement, tout prévenu peut faire appel de la décisions devant le Conseil Royal ou la reine sorcière elle même, dans les faits c’est rarement le cas. Bien que les lois écrites soient consultables dans la bibliothèque du conseil royal, elles demeurent obscures et hermétique au commun dans leur complexité. Ainsi, la tradition fait que les officiers locaux appliquent plus aisément le sens commun en matière de justice pour pallier à cette difficulté : ce qui est perçu comme un crime par l’opinion publique sera jugé et condamné comme tel !

La loi de la conscription est incontournable dans le royaume, et les jeunes du royaume doivent exercer leur devoir durant un an au service du pays. En réalité, beaucoup s’engagent pour plusieurs années. L’incorporation aux effectifs des forteresses d’Emmech et de Glarondar est toujours faite sur la base du volontariat.

Retour à la légende

Défense et Génie Militaire

Bien que le royaume ait connu de nombreux conflits, l’Aglarond n’est pas une nation de soldats. L’essentiel des forces armées aglarondiennes se répartissent en trois armées distinctes stationnée le long de la bordure, en rempart contre le Thay, ennemi séculaire du royaume. 4000 soldats constituant la compagnie du « Drac vert » se répartissent la frontière, essentiellement stationnés en Glarondar et le long de « Muraille de guet ». La compagnie du Lion quant à elle représente un effectif de 1500 hommes stationnés à Emmech. Une force additionnelle composée par la garnison de la « Garde Royale » , 500 hommes, stationnent à Velprintalar. La flotte royale de la simbule comptant un millier de marins répartis sur une douzaine de vaisseaux de guerre complète les effectifs potentiels de l’enrôlement, pouvant grossir les rangs de l’armée aglarondienne de 6.000 hommes supplémentaires mais non entraînés. En temps de guerre, ce chiffre peut largement atteindre 30.000 hommes et femmes, et tout envahisseurs peut être sur de rencontrer la résistance de toute personne capable de se battre pour chaque parcelle de terre ! Résidents d’une péninsule, les aglarondiens ne peuvent fuir, la résistance est une question de survie !

La flotte traditionnelle se compose de petites embarcations légères et rapides utilisables à la fois en rivière et en bordure de mer, très pratiques pour les techniques de guérillas à l’encontre des envahisseurs.

Les demi elfes de la périphérie du bois de Yuir ont un corps d’élite de rôdeurs, force mise à la disposition de la reine pour patrouiller le territoire, gardant un œil sur les ennemis potentiels, et « reconduisant » les voyageurs égarés. Ceux que l’on nomme en Aglarond les « forestiers » servent plus d’agent de liaison avec la communauté demi elfe des Marches de Relkath, xénophobique et isolée, préservant la paix entre les non natifs et les demi elfes.

Retour à la légende

Histoire du Royaume

Le passé d’Aglarond est marqué par les combats à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières. La nation naquit avec la Bataille du Bras de Ingdal en 1065, gouverné en majeure partie par les demi elfes jusqu’à ce que la Simbule prenne le pouvoir sur le trône. Toutes les dates suivantes se fondent sur le Calendrier des Vaux.

-9800 Le bois de Yuir est colonisé par les elfes verts et les survivants de la Guerre de La Couronne Elfique.
-6950 Les elfes d’étoiles commencent à se recueillir dans le bois de Yuir, délaissant les autres nations elfiques.
-6600 Yuirshandar, le royaume secret est fondé par les elfes verts (sauvages) et les elfes de mythral (stellaires).
-1250 Unther guerroie contre le Yuireshandar pour le contrôle de la cote ouest de aglarondienne, les Yuirs font retraitedans les bois.
-1076 à -1069 Guerre de la Porte des Orques, le Yuirshandar est oppressé par les orques.
-900 à -600 Narfell et le Raumathar s’élèvent, les elfes d’étoiles anticipant le conflit désastreux commencent la construction de leur refuge extraplanaire du SildeYuir.
-699 Année des Lamelune Brisées : les elfes d’étoiles abandonnent le Yuiredansha pour le Sildeyuir. Quelques elfes sauvages décident de rester dans le Bois de Yuir.
-255 Année des Vagues Furieuses : Jhaamdath est détruite, quelques survivants colonisent Altumbel.
-160 Année du Géant de Pierre : Narfell et Raumathar se détruisent l’un l’autre.
400 Année du Bouclier Bleu : Escalant est fondé par les chessentiens dans les Royaumes magiciens.
482 Année de la Vigne rouillée : Delthuntle et Loathkund se rebellent contre l’Unther, fondant la ligue de Samathar.
504 Année du Cœur Eclipsé : Unther entreprend des représailles pour reprendre les cités sur dans les Royaumes magiciens contre la ligue de Samathar.
625 Année des Torrents : Les rebelles d’Escalant affrontent l’Unther et rejoignent la ligue de Samathar.
677 Année du Silence Résonnant : Gilgeam d’Unther organise une expédition punitive dans les Royaumes magiciens pour briser la rébellion. La flotte Untherite subit des pertes énorme et fait retraite dans de terribles tempêtes.
679 Année du Sash écarlate : Unther reconnaît officiellement la ligue de Sanathar.
773 Année D’Auromvorax : Velprintalar s’unit aux autres villes du nordique de la cote aglarondienne sous la bannière du Royaume humain de Velprin recouvrant la péninsule entière.
870 à 880 Royaume humain de Velprin recouvrant la péninsule entière.
900 à 1050 Le peuple forestier et les aventuriers du royaume de Velprin rencontrent les elfes de Yuir qui ont évité les contacts avec leurs voisins humains pendant des siècles.
929 Les colons humains et les elfes verts mêlent leur sang dans le bois de Yuir donnant naissance à une nation de demi elfe culturellement identifiée.
953 Année des Yeux de braises : Chessenta se rebelle contre l’Unther.
1018 Année de La Corneille Guide : Tchazzar et Chessenta attaquent les Royaumes Magiciens.
1033 Année de la Rage Dragonnique : Tchazzar meurt (disparaît ?) affrontant les sahuaghins.
1058 Année De la Forge des rêves : Les demi elfes de Yuir prennent les armes pour repousser les colons expansionnistes qui grossissent à l’orée du Bois de Yuir.
1059 Année du Pilier brisé : L’armée de Indrilla détruit la milice des demi elfes rassemblée dans la précipitation, les repoussent dans les profondeurs du bois. Brindor Olossyne, le chef de guerre de Yuir, fait retraite et reconstruit ses forces sous la ramée.
1065 Année du Bois guettant : Bataille du bras de Ingdal : les Yuir défont les armées humaines et décrètent la paix pour les colons humains du Velprin, forgeant une nation unique. Brindor devient le premier roi de la jeune nation d’Aglarond.
1128 Année du Perython : Brindor décède, son fils Althon aura un règne heureux.
1189 Année du Lynx : Althon l’ancien meurt, son fils Elthond devient roi.
1194 Année de la Vague sanglante : Bataille des Sable chantants, Aglarond repousse la première invasion thayenne, Elthond meurt au combat, son jeune frère Philaspur lui succède.
1197 Année des Boucliers éclairés : Philaspur meurt en repoussant une autre attaque thayenne. Ses sœurs Thara et Ulae se partagent le trone, devenant les célèbres « Sœurs grises ».
1237 Année du Grotto : Aglarond et Thesk s’allient.
1257 Année de la Vague Tueuse : Les sœurs grises décèdent, le fils de Ulae, Halacar monte sur le trône.
1260 Année des lames Brisées : Halacar monte une expédition punitive dans le Thay, le désastre est total. La défaite consommée.
1261 Année des Rêves Brillants : Halacar meurt empoisonné, sa sœur Ilione, puissante sorcière, monte sur le trône.
1320 Année du Froid épiant : Ilione dernière dame de lignée de Brindor, lignée royale fondatrice d’Aglarond, disparaît. Elle ne laisse pas d’enfant mais nomme son apprentie, la Simbule à sa succession.
1357 Année du Prince : Une armée Thayenne appuyée par des élémentaires du feu prend Escalant et Loathkund, la plupart des Royaumes Magicien passe sous contrôle thayen.
1360 Année de La Tourelle : La horde Tuigans envahit Féerune, Aglarond mande ses archers à la défense de son allié le Thesk. Nartheling, l’ancien dragon crocs se reveille dans la montagne Umbergoth.
1365 Année de l’épée : L’armée thayenne marche sur Emmech. Mais les Chevaucheurs de griffons détectent une seconde armée qui franchit la passe de Shyvar. Les forces aglarondiennes rencontrent les armées thayennes, et les boutent vers le Thay, par delà le Fossé Tannach, prenant les colonnes qui allaient sur Emmech à revers.
1369 Année du Gantelet : Thay lance sa nouvelle invasion, à l’hiver venue. Szass Tam crée une vaste armée de morts vivant pour franchir les Marais gelés de Umber. Les non morts se jettent sur La muraille de Guet inlassablement, mais la fortification demeure imprenable.
1370 Année du Tankard : Alors que les Sorciers rouges se replient des les Marais de Umber, la bataille est loin de s’achever. A l’automne échu , les morts vivants piégés dans le marais errent sans commandement, , sans fin au pied de La Muraille de Guet.
1371 Année de la Harpe Désencordée : Les Zulkirs du Thay, épuisé par la lutte incessante contre L’Aglarond, offrent une trêve. La Simbule accepte avec des réserves.
1372 Année de la magie sauvage : Le commerce se poursuit entre le Thay et l’Aglarond, en dépit de la méfiance des aglarondiens pour Les Sorciers Rouges.
1373 Année des Dragons Renégats
1374 Année des Tempêtes
1375 Année de l’ascension des Elfes
1376 Année de la Lame Pliée
1377 Année de la Hantise
1378 Année du Chaudron
1379 Année de la Forteresse Oubliée
1380 Année de la Main enflammée

Retour à la légende

Proverbes Locaux

Devise de la chasse du Symbulmyn :
« La vérité est plus forte que les armées, et les êtres impurs tomberons devant elle. »

Proverbe Aglarondien :
« Celui qui veut arpenter les chemins de la magie, doit laisser derrière lui les routes qu’empruntent le commun des mortels.

Proverbe Demi-Elfe tenu des Druides anciens, traduit en commun :
« Les naïfs tiennent souvent les propos des cyniques pour des révélations.
Les cyniques pensent que tous les hommes sont corrompus, et que l’existence est vaine.
Mais les sages savent qu’il existe des coeurs purs, et que la vie apporte des joies aussi bien que des peines… »

Proverbe dit-on « de la Simbule » :
« l’usage convenable à faire de ses pouvoirs est La seule chose sur laquelle chaque mage doit s’interroger. »

Proverbe populaire :
« Aimez avec intensité et mourez honorablement. Comparé à ces deux choses, le reste de votre vie a peu de signification. »

Adage aglarondien :
« Chérissez les bons souvenirs et refoulez les mauvais. »

Proverbe d’Altumbel :
« Les femmes du Thay sont primitives et barbares. Voilà pourquoi les hommes du Thay les aiment tant. »

Proverbe marchand en Velprintalar :
« Méfiez vous des marchands du Thay. Ils préfèreraient vous vendre leur mère plutôt qu’un bon cheval. »

Proverbe du « Muraille de guet » :
« Nos ennemis apprennent à ne pas montrer leur peur. A Glarondar, nous enseignons à nos guerriers à ne pas avoir peur. »

Boutade Demi-Elfe du Bois de Yuir :
« Tout archer incapable de viser et de décocher dix flèches à la minute, doit être muté dans l’infanterie d’Aglarond… »

Proverbe d’Emmech :
« De toutes les créatures de légende, le dragon croc vénérable Nartheling reste la plus mystérieuses, car ceux qui s’approchent assez près pour l’observer n’y survivent généralement pas. »

Proverbe Demi-Elfe :
« L’avantage n’est jamais du côté de celui qui a négligé de se préparer. »

Retour à la légende

Aventuriers

La récente ouverture au commerce répand la rumeur de sites et de ruines anciennes pleines de magie oubliée en Aglarond, attirant nombre d’aventuriers. Les locaux ne les reçoivent pas avec hospitalités, préférant la tranquillité de leur patrimoines selon le proverbe ancien : « certaines pierres ne doivent pas être retournées ». le peuple du bois de Yuir n’est pas moins suspicieux, et tout étranger est regardé comme un agent du Thay jusqu ‘à ce qu’il ai apporté la preuve du contraire.

Retour à la légende